Pessah 2001.

Plusieurs s’inquiètent de savoir comment se comporter face aux lois prescrivant la recherche et la combustion du Hamèts, Bédiqat et Biôur hamèts, cette année. En effet, le 14 Nissan cette année tombe Chabbat 7 Avril, d’où les difficultés et les inquiétudes exprimées par certains.

Voici donc ce qu’il faut savoir :

    1. Bédiqat Hamèts, la recherche du Hamèts aura lieu le jeudi 5 Avril à la tombée de la nuit. Aussitôt la recherche terminée, on veillera à faire le Bittoul, la formule d’annulation du Hamèts appelée Kal hamira etc...

    2. Biôur Hamèts, la combustion du Hamèts se fera Vendredi 6 Avril. On veillera à ne pas dépasser 11:45 a.m. La combustion ne sera pas suivie du Bittoul.

    3. Chabbat hagadol, Samedi 7Avril, veille de Pessah. On recommande de préparer les repas du Samedi dans les ustensiles Kachère lé-Pessah. On pourra choisir entre le pain ou la matsa âchira, galette aux oeufs ou au jus de fruit pour les deux repas, celui du Vendredi soir et celui du samedi matin qui se terminera avant 10:40 a.m. Les miettes de pain qui restent, on pourra les jeter dans les toilettes, nettoyer les nappes et les garder dans la place réservée pour les objets Hamèts. Le Bittoul, Kal Hamira se fera avant 11:45 a.m.

    4. Exceptionnellement le troisième repas de l’après-midi se fera avec des fruits.

Pessah kachère vésaméah.

Deuxième meurtre du bébé Chalhèvèt.

La nouvelle est tombée sèche et cynique. Radio Palestine, dans un de ses programmes, affirme que Chalhèvèt z.l., bébé à peine âgée de dix mois, de facultés mentales limitées, a été intentionnellement présentée aux balles meurtrières par sa mère afin de se débarrasser d’elle. Par delà du mensonge grossier qui consiste à faire croire à une planification de ce meurtre supposant une entente préalable entre le terroriste et la la maman, on tente en plus de salir autant la mémoire de l’innocente que de ternir l’amour maternel dont elle jouissait dans sa très courte vie. En somme un deuxième meurtre.

Une pensée pour les absents.

Le Sèdèr de Pessah 2001 sera différemment célébré en Israël. Nombreuses sont les familles qui, depuis les attaques perpétrées par les Palestiniens, sont frappées par la perte d’êtres chers ou par l’enlèvement de certains de leurs membres. Ayons pour eux une pensée attristée. Prions également pour la libération, en cette fête de la liberté, des prisonniers de Sion.

Tsaw. Aharon réhabilité.

Tout au long de la Sidra Wayi-qra, les commandements divins relatifs aux sacrifices ne concernent que les Kohanim fils d’Aharon. Pour Mochè, tout se passe comme si D’ieu, exprimant son affection à l’eau, autrement dit les fils d’Aharon, dédaigne le puit duquel elle fut tirée, c’est-à-dire Aharon. Mochè plaide donc la cause d’Aharon auquel il est tenu rigueur pour le péché du veau d’or. D’ieu acquiesce. Il demande à Mochè de transmettre donc Ses ordres à Aharon.

Hol ha-Moêd de Pessah.

Je ne saurais passer cette merveilleuse occasion de souhaiter à toute la communauté et à tous les Juifs du monde de connaître une période de fête pleine de joie et de ferveur. Moâdim Lé-simha à tous.

Gardons, cependant, en notre mémoire que certains n’ont pas eu cette année la possibilité de faire le Sèdèr avec leur famille puisqu’ils sont prisonniers dans des pays arabes. Prions pour une prompte libération.

Fin de Pessah.

Période de récits de miracles, Pessah nous conforte dans notre foi d’être promptement libérés. Israël attend depuis près de 2000 ans cette libération avec la venue du Machiah. Puisse-t-elle se réaliser! Le Talmoud affirme : à Pessah ils (les Hébreux) furent délivrés et à Pessah ils le seront de nouveau. D’où pour maintenir cette foi, le lendemain de Pessah est appelé jour de la foi, al Mimouna, altération de al émouna. Puisse d’ieu vous accorder bonheur, santé et vie. Terbhou ou tesêdou.

Drôle de guerre.

Guerre ou guérilla? Il est certain qu’assistant aux diverses attaques auxquelles les Palestiniens soumettent Israël il s’agisse de véritable guerre. Aucune forme n’est épargnée : tirs au mortier, attentats, émeutes, violence etc... Le but avoué, les déclarations des représentants officiels de l’autorité palestinienne sont là pour convaincre quiconque doute encore, est d’avoir un pays avec Jérusalem comme capitale. Tant que ce but n’est pas atteint la lutte, entendez la guerre, se poursuivra.

Comment réagissent les nations et les états? Il suffit de les voir voler au secours des Palestiniens dès qu’Israël prend des mesures pour se défendre. Quand pourrions-nous voir la justice et l’équité triompher?

La Tora, oeuvre divine.

Un de mes lecteurs reproche le fait que la Tora ignore le rôle de la femme puisqu’elle fut écrite, dit-il, par les hommes pour les hommes. Rien n’est plus faux. La femme tient une place prépondérante dans le Judaïsme. Adam et Hawa, créés côte à côte, sont appelés à eux-deux Adam entreprennent ensemble la mission de bâtir l’humanité.

LA Tora est oeuvre divine, la Sidra de Chémini est là pour nous l’enseigner. En effet, s’agissant de donner les lois relatives aux animaux, aux poissons, aux volailles, permis ou interdits à la consommation, le Talmoud souligne combien il eût été difficile pour Mochè de pouvoir indiquer ou identifier les caractéristiques respectifs et propres à chacun, sans l’intervention divine qui, justement, pour la clarté de la loi, montre à Mochè, cas par cas, l’animal, le poisson ou la volaille concerné.

Fête nationale d’Israël : 53ème année.

Hag ha-âtsmaout, fête d’indépendance d’Israël, tombe cette année Chabbat 5 Iyar, 28 Avril. Ce jour correspond toujours au 7ème jour de Pessah, jour de la traversée de la mer Rouge. C’est très significatif car, en ce jour Israël avait accédé définitivement à sa libération.

La célébration et toutes les festivités auront lieu ce jeudi 26, afin d’observer la sainteté du Chabbat. Cette fête prend, cette année, toute son importance un moment où Israël, croyant avoir conclu une paix avec ses voisins, voit son existence menacée par les visées palestiniennes et arabes. Il est donc nécessaire que toutes les tendances politiques comme tous les Juifs d’Israël ou d’ailleurs se mobilisent pour défendre cette indépendance chèrement acquise après deux millénaires d’exil. La paix est, sans doute, souhaitable et le but ultime à atteindre. Mais le droit à l’existence n’est en aucun cas négociable.

Cependant, Hag samèah à tous.

La mila au huitième jour.

La Tora reprend à dessein l’ordre de pratiquer la mila, la circoncision, au huitième jour car, parlant de l’état d’impureté de la femme en couches qui varie pour un enfant mâle de 7 jours et de 14 pour une fille, la Tora tient à préciser que pour donner la possibilité à la mère de participer à la fête de son enfant la déclare pure au bout de 7 jours. Position extraordinaire qui montre combien l’homme doit-il être attentif aux sentiments d’un être humain qui se verrait exclu des festivités en raison de son état.

Quant à la circoncision elle-même, elle ne saurait être pratiquée qu’au huitième jour car, pour que l’enfant atteigne une bonne constitution il est nécessaire qu’il ait passé le premier Chabbat de son existence, le Chabbat étant le couronnement de la Création qui confère toute sa force au monde.

Miracle vécu.

Nos Maîtres enseignent : "le miraculé n’est souvent pas conscient de son miracle". Combien de fois, l’homme passe en effet à côté du miracle sans s’en rendre compte. Longtemps après l’événement, il réalise le bienfait divin qui, l’entourant de toute la protection, le sauve de manière surprenante et inattendue.

De nos jours, les Israéliens sont nombreux à vivre de telles expériences où l’intervention providentielle est présente et agissante. In extremis, des bombes à retardement sont désamorcées, le système des voitures piégées se déclenche plus tôt que prévu épargnant des dégâts importants et des morts certaines, les hommes-suicides ratant leur objectif sont les seuls à être tués dans l’explosion de leur machine infernale. Il suffit donc d’ouvrir grand les yeux pour voir la main divine protégeant son peuple. Alors pourquoi ne pas penser sérieusement à des négociations de paix?

Le devoir de sainteté.

Être saint, selon nos Maîtres, c’est avant tout être distinct. Après avoir prescrit les lois concernant les impudicités et les liaisons interdites, la Tora recommande de vivre une vie sainte. Quiconque se distingue de la concupiscence et de la luxure est saint. L’homme accède également à la sainteté dès l’instant qu’il tente d’imiter la sainteté de D’ieu.

S’il est impossible de prétendre à un tel degré de sainteté, il est de notre devoir, autant que faire se peut, de s’élever au plus haut niveau de sainteté et ce, non pas en s’éloignant de la société des hommes et de leur environnement mais, au contraire, en vivant au sein de sa communauté afin de prouver son aptitude, malgré les difficultés et les tentations, à consentir des sacrifices et à se distinguer des autres par une conduite morale parfaite.

Visite pontificale en Syrie.

Sans doute, était-il nécessaire, pour le Vatican, que le Pape entreprenne une visite en Grèce, la Syrie et Malte pour amorcer une réconciliation avec les Orthodoxes et l’Islam. Mais nul ne pouvait prédire ni prévoir la déclaration raciste et antijuive de Bacher Le Assad, président de la Syrie.

Pourtant, le climat politique prévalant actuellement au Moyen Orient laissait présager la virulence d’une telle sortie du président syrien qui ne cherche même pas à cacher ses sentiments hostiles à Israël.

La question se pose : pourquoi le Vatican n’a-t-il pas pris toutes les mesures nécessaires pour éviter un tel dérapage? Par son silence, le Vatican ne remet-il pas en question tous les efforts investis jusqu’alors de se faire pardonner son enseignement du mépris ?

La seule réaction importante et courageuse fut celle de l’archevêque de Paris qui, à la lumière de la gravité de la déclaration du président syrien, dira que les diplomates qui négocient en vue de parvenir à une paix n’ont plus rien à faire dans la région.

Meurtre de deux jeunes enfants à Tékoa.

Des enfants innocents tombent encore, certains sous des balles perdues et d’autres assassinés de sang froid, lapidés par de grandes et lourdes pierres. Ce fut le cas de ces deux jeunes enfants de Tékoa qui, lors de leur promenade, furent pris et lâchement assassinés. Qui resterait indifférent face à un tel crime au point de ne pas être soulevé d’indignation ?

Mais une fois encore, aucune réaction de la presse et des médias étrangers. Quand donc le monde et les gouvernements ouvriront-ils les yeux pour se rendre compte des véritables intentions des Palestiniens ?

L’huile et le pain.

Pour illuminer le Temple, D’ieu ordonne de choisir de l’huile pure d’olives concassées. La qualité exigée pour cette huile est la meilleure, autrement dit ce sont les premières gouttes recueillies après avoir pressé les olives. Pour les oblations, ménahot, on s’en servira de la deuxième qualité. Contrairement à l’usage courant de réserver la meilleure huile à la préparation des aliments à consommer, l’accent est donc porté sur l’éclairage dans le Temple car, la Chékhina, la résidence divine, administrera ainsi la preuve de Sa présence constante parmi Israël.

Par ailleurs, le pain d’exposition, lèhèm ha-panic, cuit et exposé de vendredi à vendredi, sera au moment de son remplacement par le nouveau aussi chaud et frais qu’au moment de sa mise sur la table d’exposition.