Le nouveau visage de Arafat. [ Réagir à cet article ]

Le monde commence à découvrir le nouveau visage de Arafat. Sans doute, l'isolement forcé de près de cinq mois dans ses quartiers de la Moukataa à Ramallah a-t-il produit des effets positifs sur lui si bien que l'on constate un changement radical dans ses prises de position politiques et dans ses propos.

Mais ce n'est que de la poudre aux yeux des pays occidentaux. Arafat demeure toujours le même, c'est Arafat que l'on connaît. La parole n'est jamais accompagnée d'acte correspondant.
Depuis sa libération, il condamne les actes de terreur comme actes de terreur. Cependant, le Fatah, mouvement présidé par Yasser Arafat, revendique ces mêmes actes. Alors, qui croire?
Les autorités américaines, quant à elles, sont divisées à propos de Arafat. Le secrétariat d'état continue, malgré les informations détenues par la C.I.A. sur les intentions et les positions de Arafat, à le considérer comme interlocuteur incontournable. Le vice-président et le ministre de la défense américains, pour leur part, sont convaincus de la nécessité de procéder à son remplacement à la tête de l'autorité palestinienne si l'on souhaite parvenir à de véritables négociations de paix.

Quoi de plus naturel, lorsque le problème est bien identifié, de le traiter de telle sorte que soit trouvée la solution adéquate. Arafat est le problème. Son remplacement, vivement souhaité, s'impose.

Un satellite nommé Ofèk 5. [ Réagir à cet article ]

Israël a procédé au lancement le 28 Mai avec succès un nouveau satellite espion Ofèk 5 pouvant atteindre une altitude de 500 km. Pesant 300 kg, par conséquent léger et maniable pour ses missions de reconnaissance, et coûtant 60 millions de N. Shékèl, il effectue 15 fois le tour de la terre en 24 heures. Équipé d'une caméra télescopique, les prises de vue seront d'une résolution de forte précision permettant ainsi la cueillette de renseignements militaires précieux pour la défense d'Israël. Rappelons que ce satellite est exclusivement produit par la haute technologie israélienne.

Béhaâlotékha. L'investiture des Léwiim. [ Réagir à cet article ]

Le projet divin initial consistait à confier aux premiers nés d'Israël de servir dans le sanctuaire. En effet, parce qu'ils furent épargnés de la mort des premiers nés en Égypte, eurent-ils le privilège d'être consacrés à D'ieu. Mais la faute du veau d'or le remettant en question, ce privilège fut attribué aux Léwiim.

Ainsi D'ieu parle à Mochè : "Prends les Léwiim du milieu des enfants d'Israël et purifie-les." Cette élection, aux yeux du Midrache, n'est en aucune manière arbitraire. D'ieu n'accorde de promotion, ni ne confie un pouvoir à un homme que lorsqu'Il l'examine et l'éprouve. En subissant avec succès l'épreuve, il mérite que D'ieu l'élève et lui confie une mission.

Abraham, Yitshaq, Yaâcov et Yossèf ne furent considérés les partenaires de D'ieu qu'après avoir surmonté avec succès les épreuves divines. Il en sera ainsi pour la tribu de Léwi qui, en raison de son attachement à D'ieu et de sa disponibilité à sanctifier Son Nom et la Tora, fut digne d'être au service de D'ieu.

Ainsi, en Égypte, les Hébreux avaient abandonné la Tora et la pratique de la Mila, la circoncision, seule la tribu de Léwi, restée fidèle, perpétue la Tora et la Mila. Alors qu'Israël s'était rendu coupable de la faute du veau d'or, seule la tribu de Léwi s'était retenu de commettre ce forfait. Autant de raisons qui avaient justifié le choix des Léwiim pour assumer la mission divine.

Nouvelle forme d'antisémitisme. [ Réagir à cet article ]

L'antisémitisme ne désarme pas. Décidément, il frappe là où on l'attend le moins. Ainsi, l'Europe ne finit pas de révéler le visage hideux de l'antisémitisme virulent que d'aucuns auraient souhaité voir enterré à jamais.

L'intifada lancée par l'autorité palestinienne depuis bientôt 2 ans sert de point de départ à cette nouvelle campagne anti-israélienne qui, en fait, justifie cette hystérie de sentiments antisémites et anti-juifs. Partout en Europe, les médias, ne cachant plus leur hostilité à Israël et aux Juifs, parlent plutôt de faits divers quand des synagogues et des institutions sont attaquées et des Juifs molestés et blessés.
La surprise vient maintenant de Hollande. Le ministère de l'agriculture annonce à la communauté juive et à ses dirigeants d'Amsterdam que désormais il est interdit de procéder à l'abattage rituel juif en raison des souffrances subies par les bêtes au moment de l'abattage.

Nul doute que cette disposition de la loi hollandaise prend des allures d'antisémitisme sous couvert de protection des bêtes et de qualité de vie. En vérité, les organisations de droite qui prônent l'expulsion des étrangers sont celles-là mêmes qui réclament l'interdiction de l'abattage rituel. Faut-il rappeler que l'Allemagne nazie avait en 1933, invoquant des raisons identiques, débuté sa campagne antisémite par l'interdit l'abattage rituel?

Nul n'ignore aujourd'hui que ces allégations de souffrances infligées aux bêtes sont dénuées de tout fondement. Des études scientifiques confirment le contraire. Alors? Il ne saurait être question que d'une mesure anti-juive.

La vache folle made in Israël. [ Réagir à cet article ]

Cette semaine, grand émoi en Israël : la première vache folle vient de mourir dans le Kibbouts Ortal au Golan. Le ministère de l'agriculture tend à apaiser l'opinion publique. Toutes les mesures pour circonscrire la maladie dans le bétail seront prises.
Quand au danger de contamination aux consommateurs, les autorités se font rassurantes. Elles font référence aux lois de Chéhita, abattage rituel, qui sont là pour protéger la santé des consommateurs.

Chélah. L'identité des Méraguélim, des Explorateurs. [ Réagir à cet article ]

Le nom ne se limite pas à désigner une personne, il définit en plus de son identité, tout son destin. Le nom révèle la personnalité de celui qui le porte. Nos Mâtriarches choisirent pour leurs enfants des noms en rapport avec des événements présents ou futurs. La Tora ne manque pas de relever les motifs justifiant le choix des noms de Yitshaq, Yaâqov, Êssaw et ceux des 12 fils de Yaâqov.

S'agissant des Explorateurs, la Tora, avant de les désigner, précise :
"Et Mochè les envoya du désert de Paran, selon la parole de l'Et'ernel; c'étaient tous personnages considérables entre les enfants d'Israël. Et voici leurs noms..." Le Midrache juge ce détail "Et voici leurs noms" non point superflu mais précieux. En effet, pour Rabbi Yitshaq, "Selon un enseignement de nos pères, les explorateurs furent nommés en rapport avec leur comportement. Mais nous ne possédons que la signification d'un seul : Sétour fils de Mikhaël, Sétour parce qu'il démolit, satar, les oeuvres du Saint béni soit-Il, et Mikhaël parce qu'il rendit le Saint béni soit-Il makh, incapable. Et Rabbi Yohanan dit : quant à nous, il est possible d'ajouter Nahbi fils de Wofsi, Nahbi, car il couvrit, hèhbi, cacher, (en ne rapportant pas) les paroles du Saint béni soit-Il et Vofsi parce qu'il passé par-dessus, passâ, Ses vertus.

"Et le Midrache de conclure : "Certains ont un nom beau mais le comportement est mauvais, d'autres au nom mauvais ont un comportement bon. Certains ont un nom beau et le comportement beau également, d'autres enfin ont un nom mauvais et le comportement mauvais".

Les réformes d'Arafat. [ Réagir à cet article ]

Arafat, pour sortir de la réclusion de ses bureaux de la Mouqatâa, s'était engagé entre autre à procéder à des réformes politiques sérieuses afin d'entamer sur de nouvelles bases les négociations de paix.

Cédant à des pressions tant américaines qu'égyptiennes, Arafat annonce un remaniement important de son équipe gouvernementale. Pour ce faire, il invoque une ancienne loi qui lui permettait de réduire à 19 le nombre de ses ministres, mesure qui lui donne la possibilité de se débarrasser de certains de ses proches jugés indésirables par les Américains et les Israéliens.

En fait, il nomme 21 ministres. S'il passe outre la loi-cadre invoquée par lui, c'est parce qu'il voulait signifier au monde que, lui, Arafat est le maître absolu de l'autorité palestinienne. Il est au-dessus de la loi.

Par ailleurs, parmi les nouveaux ministres nombreux sont ceux, et ils sont au moins cinq, qui ne cachent pas, selon des analystes spécialisés en politique moyen-orientale, leur sympathie à Saddam Hussein et leur adhésion à la politique irakienne. Son gouvernement prendrait de ce fait un virage nettement soumis à l'influence irakienne. En guise de réformes, en voilà qui sont édifiantes. Arafat radicalise sa position. Il ne change pas et n'a point l'intention de changer. Ce faisant, c'est un bon pied de nez à M. Bush.

La menace terroriste. [ Réagir à cet article ]

Penser que le fait de vivre dans des pays libres, Europe, Amérique et Canada, présente une garantie contre des attaques terroristes c'est se voiler les yeux pour ne pas voir la réalité en face. Depuis le 11 Septembre 2001, il ne se passe pas de jour sans que l'on apprenne l'existence de réseaux terroristes dans ces mêmes pays.

Du Canada, sont partis des terroristes à destination des États Unis et de la Tunisie. L'arrestation de Abdallah El Mouhajir, citoyen américain, avec une valise contenant tous les ingrédients et les éléments nécessaires à la fabrication d'une bombe radioactive, la bombe sale, illustre une fois de plus que les terroristes d'Al Qaïda sont actifs dans nos pays. Décidément, nulle part l'homme ne peut jouir de la paix et de la sécurité.

Honte à Haïm Hèfèr. [ Réagir à cet article ]

Il arrive parfois que l'on perde des occasions de se taire. Ce fut le cas de l'écrivain poète Haïm Hèfèr, lauréat du prix d'Israël, qui s'en est allé dernièrement avec une déclaration insensée dénigrant toute richesse à l'héritage culturel du Judaïsme marocain. Pour lui, cet héritage est nul. À la grande rigueur il accorderait une mention à une spécialité rappelant la crêpe appelée moufléta.

En parlant ainsi, il montre aux yeux du monde ou son ignorance ou son aversion à la culture séfarade et surtout à la culture juive marocaine. Les titres de noblesse de cette culture s'étendent à plusieurs domaines : la poésie juive, l'exégèse biblique, commentaires sur le Talmoud, les Responsa, la qabbale, philosophie, grammaire et la musique et, ce qui ne gâte rien, l'art culinaire.

En conclusion, comme il porte bien son nom, il fait honte à son prix. Faut-il signaler justement que Hèfèr signifie honte et humiliation?

Qorah. La preuve finale. [ Réagir à cet article ]

Après que la terre eut englouti Qorah et son assemblée, les enfants d'Israël, au lieu de voir dans ce phénomène la preuve du châtiment divin, accusent plutôt Mochè et Aharone d'avoir provoqué leur mort. Suite à cette insurrection, une épidémie fit parmi le peuple 14700 victimes. Aussi, pour mettre fin à toute contestation à propos de la Grande prêtrise d'Aharone, D'ieu ordonne à Mochè : "Annonce aux enfants d'Israël que tu dois recevoir d'eux une verge respectivement par famille paternelle, de la part de tous les chefs de familles paternelles, ensemble douze verges; le nom de chacun, tu l'écriras sur sa verge. Et le nom d'Aharone, tu l'écriras sur la verge de Léwi...Or, l'homme que j'aurai élu, sa verge fleurira, et ainsi mettrai-je fin à ces murmures contre Moi, que les enfants d'Israël profèrent à cause de vous...".

Quoi de plus étonnant que de constater qu'une verge, bois sec, puisse fleurir et porter des amandes? N'est-ce point la preuve que D'ieu désigne ainsi Son Grand Prêtre? Le prophète Yéhèzqèl, affirmant que toute attribution de fonction dépend uniquement de D'ieu, s'était exprimé ainsi : "Et tous les arbres des champs sauront que Moi, l'Et'ernel, J'ai humilié un arbre élevé et élevé un arbre humble, J'ai desséché un arbre vert et fait fleurir un arbre sec, Moi l'Et'ernel, J'ai parlé et agi." (Chap.17, 24) Ainsi, selon le Midrache, J'ai desséché un arbre vert, il s'agit de Qorah qui se vantait de sa richesse; J'ai fait fleurir un arbre sec, il s'agit de Aharone dont la verge avait fleuri. Elle aurait fleuri quand bien même les douze verges appartiendraient à la même branche.