Amnesty International. [ Réagir à cet article ]

Décidément, quelque chose change. Amnesty International qui n'avait jamais épargné à Israël condamnations et rapports hostiles soulignant au passage les traitements qu'elle qualifie de crimes commis par Tsahal réalise subitement que la terreur palestinienne est responsable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Dans son dernier rapport, elle condamne clairement l'Autorité palestinienne. Enfin! Il était temps !

Après l'attentat d'Immanuel qui a déjà fait 8 victimes dont des bébés et 19 blessés dont 5 dans un état grave, Amnesty a vite fait de condamner cet acte, appelant l'Autorité palestinienne à arrêter ces actes contre des civiles innocents et à poursuivre les auteurs. Autant de signes encourageants montrant qu'un virage significatif vient d'être entamé en faveur non pas d'Israël mais de la vérité et de l'honnêteté intellectuelle.

Quand l'Union européenne comprendra également qu'elle est autant responsable de ces crimes que les Palestiniens qu'elle finance? Ne réalise-t-elle pas que sans son soutien moral et financier plusieurs victimes seraient encore vivantes? Il ne faut pas désespérer. Viendrait le jour où elle n'aura d'autre alternative que de se ranger du côté de la vérité.

Les sept semaines de Consolation. [ Réagir à cet article ]

Pendant les Trois semaines de châtiments, du 17 Tammouz au 9 Ab, marquées par le deuil national du peuple d'Israël, la Destruction du Temple et l'Exil deux fois millénaire, des Haftarot, tirées des chapitres les plus durs et les plus poignants des prophètes Yéchâya/Isaïe et Yirmiya/Jérémie qui prédisent malheurs, souffrances et misères, exil et ruines, sont lues pour commémorer ces moments sombres et funestes pour Israël.

Aussitôt après Tich'â bé-Ab, commencent les Sept semaines de Consolation. De toute évidence, après avoir déversé Sa colère sur le peuple d'Israël, Hachèm lui adresse Ses consolations et veut l'apaiser après tous les mauvais traitements qu'Il lui avait infligés. Les Haftarot sont toutes tirées des chapitres de Yéchâya prédisant Délivrance et Retour radieux des exilés en Israël. C'est sur ces notes d'espoir en un avenir lumineux que l'on aborde les fêtes de Tichri.

Wa-čthanane. Portrait d'un chef. [ Réagir à cet article ].

Mochè, sentant sa fin approcher, entend profiter de tous les instants pour exécuter autant que faire se peut la volonté divine dans tous les domaines où il lui est possible d'intervenir. Ainsi, ne se contente-t-il pas seulement de reprendre l'enseignement des lois divines, il procède à la désignation des villes refuge dans les territoires de Sihone et Ôg à l'est du Jourdain, sachant d'avance qu'elles n'entreraient en opération qu'après la désignation des villes refuge à l'Ouest du Jourdain une fois Israël installé après la conquête et le partage de Kénaâne. Pour Mochè, toute mitswa, commandement divin, ne pourrait souffrir de retard, il procède aussitôt à sa réalisation. C'est à son intention que Salomon dit dans Kohèlète (chap. 5, 9.) : "Qui aime l'argent (autrement dit la miswa) n'est jamais rassasié d'argent..."

Le Midrache souligne à juste raison : "Deux grands du monde, David et Mochè, ne se sont point rassasiés des miswot. David, bien que le saint béni soit-il lui ait enjoint : "Toutefois, ce n'est pas toi qui bâtiras ce temple..." (Divrè ha-Yamim 2. Chap.6, 9.) , s'est dit : est-ce parce que le Saint béni soit-Il me l'interdit que je ne dois rien entreprendre? Que fait-il? Il s'emploie aussitôt à préparer ce qu'il faut pour la construction du Temple ainsi qu'il est dit : "Vois, à force de dur labeur, j'ai amassé pour la maison de l'Et'ernel cent mille Kikar d'or..." (Divrè ha-Yamim 1 chap. 22, 13.). Ainsi fait Mochè qui, bien que le saint béni soit-Il lui ait dit : "Car tu ne passeras point ce jourdain...", s'est dit : est-ce parce que je quitte le monde que je ne procéderais pas à la désignation des villes refuge? Aussitôt, "C'est alors que Mochè désigna trois villes en deçà du Jourdain, à l'orient."

C'est là le portrait d'un chef véritable. Son seul souci n'est pas son bien-être mais le devenir de son peuple et son bonheur.

La mort d'un assassin. [ Réagir à cet article ]

Nul n'ignore qu'en temps de guerre la mort frappe autant les militaires sur les champs de bataille que les civiles des villes et des campagnes. Quant à utiliser des civiles et encore mieux des enfants comme ceinture de sécurité autour de chefs terroristes palestiniens pour se protéger contre des représailles israéliennes revient à faire preuve de cynisme surtout lorsqu'ils se savent menacés d'être abattus à tout moment.

Tel fut la fin de Salah Shehada, chef militaire du Hamas et du groupe armé Azzedin El Kassam. Lorsque l'avion de combat israélien attaque sa résidence dans la soirée de lundi, l'explosion fait 15 morts et endommage les maisons alentours. Tsahal a exprimé des regrets pour les victimes innocentes assurant que le raid aérien aurait été certainement annulé si elle avait su que des civils allaient être touchés.

N'oublions pas cependant que Shehada est responsable de l'assassinat de 5 étudiants juifs dans leur dortoir à Atzmona et de 4 soldats près du Kibboutz Kerem-Shalom. C'est également lui qui est responsable de la fabrication d'obus de mortier à Gaza et de leur lancement contre des cibles israéliennes. Ses activités s'étendent même aux territoires de Judée et Samarie. L'attentat qu'il préparait consistait à faire exploser un camion transportant 1 tonne d'explosif. On imagine le grand nombre de victimes qu'il aurait pu faire. En outre, il projetait la destruction du pont Katif.

Connu pour ses positions extrêmistes, Shehada refusait de mettre fin aux attentas suicides. Son seul objectif, bien que n'étant ni un militaire ni un combattant mais l'organisateur d'attentat suicide ou d'assassinat collectif, était l'extermination du peuple juif. Il faut donc comprendre que Tsahal dont la mission est protéger Israël ait jugé nécessaire de l'éliminer.

Le Salaire des Miswot. [ Réagir à cet article ]

La Tora ne tarit pas de promesses de récompense à Israël pour sa soumission à la volonté divine. Elle décrit avec force détails le bonheur que réserve Hachèm à Ses fidèles.

Cependant, le Talmoud affirme que toute récompense ne saurait être de ce monde. La réalisation des Miswot est de ce monde, Ôlam ha-zè et la récompense concerne le monde à venir, Ôlam ha-ba. De toute évidence, comment envisager une récompense dans ce monde lorsqu'on sait qu'une Miswa dont le rayonnement spirituel n'est perceptible dans toute sa splendeur que dans le monde futur, monde de la splendeur? Aussi, pour cette raison la Tora souligne-t-elle : "Pour prix de votre obéissance à ces lois et de votre fidélité à les accomplir, l'Ét'ernel, votre D'ieu, sera fidèle aussi au pacte de bienveillance qu'Il a juré à vos pères."

Le Midrache, surpris, s'interroge : Que signifie sera fidèle, autrement dit te réservera? Et rav Chémouèl Bar Nahmane de répondre : "Israël ne se nourrit dans ce monde que grâce aux bénédictions que lui a adressées Bil'âm l'impie. En revanche, le bénéfice des bénédictions exprimées par les Ancêtres seront gardées pour le monde à venir tel qu'il est dit : "l'Ét'ernel, votre D'ieu, sera fidèle aussi au pacte de bienveillance qu'Il a juré à vos pères."

Surprenant que le prix des Miswot dans ce monde soit accordé grâce aux bénédictions de Bil'âm! Sans doute, est-ce ainsi parce que toute son intention fut de maudire Israël. Pour prouver Son amour à Israël, Hachèm décide non seulement de transformer les malédictions en bénédictions, Il accorde en plus Sa récompense à Ses fidèles, une récompense basée sur les bénédictions de Bil'âm afin de laisser tout le bénéfice des Miswot pour le monde à venir.

Pour Bil'âm, ce qui compte avant tout est le bonheur matériel de ce monde alors que pour les Ancêtres, Abraham, Yitshaq et Yaâqov, rien ne vaut le bonheur spirituel que l'on ne saurait apprécié que dans le monde futur.

La mort d'un assassin. [ Réagir à cet article ]

Nul n'ignore qu'en temps de guerre la mort frappe autant les militaires sur les champs de bataille que les civiles des villes et des campagnes. Quant à utiliser des civiles et encore mieux des enfants comme ceinture de sécurité autour de chefs terroristes palestiniens pour se protéger contre des représailles israéliennes revient à faire preuve de cynisme surtout lorsqu'ils se savent menacés d'être abattus à tout moment.

Tel fut la fin de Salah Shehada, chef militaire du Hamas et du groupe armé Azzedin El Kassam. Lorsque l'avion de combat israélien attaque sa résidence dans la soirée de lundi, l'explosion fait 15 morts et endommage les maisons alentours. Tsahal a exprimé des regrets pour les victimes innocentes assurant que le raid aérien aurait été certainement annulé si elle avait su que des civils allaient être touchés.

N'oublions pas cependant que Shehada est responsable de l'assassinat de 5 étudiants juifs dans leur dortoir à Atzmona et de 4 soldats près du Kibboutz Kerem-Shalom. C'est également lui qui est responsable de la fabrication d'obus de mortier à Gaza et de leur lancement contre des cibles israéliennes. Ses activités s'étendent même aux territoires de Judée et Samarie. L'attentat qu'il préparait consistait à faire exploser un camion transportant 1 tonne d'explosif. On imagine le grand nombre de victimes qu'il aurait pu faire. En outre, il projetait la destruction du pont Katif.

Connu pour ses positions extrêmistes, Shehada refusait de mettre fin aux attentas suicides. Son seul objectif, bien que n'étant ni un militaire ni un combattant mais l'organisateur d'attentat suicide ou d'assassinat collectif, était l'extermination du peuple juif. Il faut donc comprendre que Tsahal dont la mission est protéger Israël ait jugé nécessaire de l'éliminer.

Le Salaire des Miswot. [ Réagir à cet article ]

La Tora ne tarit pas de promesses de récompense à Israël pour sa soumission à la volonté divine. Elle décrit avec force détails le bonheur que réserve Hachèm à Ses fidèles.

Cependant, le Talmoud affirme que toute récompense ne saurait être de ce monde. La réalisation des Miswot est de ce monde, Ôlam ha-zè et la récompense concerne le monde à venir, Ôlam ha-ba. De toute évidence, comment envisager une récompense dans ce monde lorsqu'on sait qu'une Miswa dont le rayonnement spirituel n'est perceptible dans toute sa splendeur que dans le monde futur, monde de la splendeur? Aussi, pour cette raison la Tora souligne-t-elle : "Pour prix de votre obéissance à ces lois et de votre fidélité à les accomplir, l'Ét'ernel, votre D'ieu, sera fidèle aussi au pacte de bienveillance qu'Il a juré à vos pères."

Le Midrache, surpris, s'interroge : Que signifie sera fidèle, autrement dit te réservera? Et rav Chémouèl Bar Nahmane de répondre : "Israël ne se nourrit dans ce monde que grâce aux bénédictions que lui a adressées Bil'âm l'impie. En revanche, le bénéfice des bénédictions exprimées par les Ancêtres seront gardées pour le monde à venir tel qu'il est dit : "l'Ét'ernel, votre D'ieu, sera fidèle aussi au pacte de bienveillance qu'Il a juré à vos pères."

Surprenant que le prix des Miswot dans ce monde soit accordé grâce aux bénédictions de Bil'âm! Sans doute, est-ce ainsi parce que toute son intention fut de maudire Israël. Pour prouver Son amour à Israël, Hachèm décide non seulement de transformer les malédictions en bénédictions, Il accorde en plus Sa récompense à Ses fidèles, une récompense basée sur les bénédictions de Bil'âm afin de laisser tout le bénéfice des Miswot pour le monde à venir.

Pour Bil'âm, ce qui compte avant tout est le bonheur matériel de ce monde alors que pour les Ancêtres, Abraham, Yitshaq et Yaâqov, rien ne vaut le bonheur spirituel que l'on ne saurait apprécié que dans le monde futur.